Ihre Browserversion ist veraltet und wird nicht länger unterstützt.

Augmentation des coûts de distribution dans l‘hôtellerie

11.07.2017

Les coûts de distribution vont devenir un facteur concurrentiel toujours plus important dans l’hôtellerie suisse. La principale cause de cette évolution réside dans les taux de commission prélevés par les plateformes de réservation en ligne. C’est ce que révèle l’étude «Swiss Hotel Distribution Survey» de l’Institut pour le tourisme de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale. L’enquête a été réalisée avec le soutien d’hotelleriesuisse.

Les plateformes de réservation en ligne (appelées OTA) sont devenues des partenaires de distribution incontournables pour les hôteliers. Mais les OTA représentent aussi clairement le canal de distribution le plus cher, car pour chaque réservation effectuée, l’hôtelier doit verser une commission. Actuellement, les coûts de distribution représentent 7.8% de l’ensemble des coûts. En 2016, l’hôtellerie suisse a versé 150 millions de francs aux OTA, ce qui correspond à 34‘000 francs par hôtel ! A moyen terme, plus de la moitié de toutes les réservations se feront en ligne, avec pour corollaire des coûts qui vont continuer de progresser. Aujourd’hui, la part des réservations en ligne s’établit déjà à 27%.
Le marché de la réservation en ligne est dominé par trois OTA, HRS, Expedia et Booking.com, qui occupent ensemble une part de 93%. Booking.com détient à lui seul 73% du marché.
Toutes les OTA imposent aux hôteliers des clauses de parité dites restreintes, ce qui les empêche de proposer sur leur propre site web des prix de chambres inférieurs à ceux publiés sur le site de la plateforme avec laquelle ils sont liés. L’hôtel qui ne respecte pas ces clauses se voit infliger des sanctions comme l’exclusion, l’exclusion du programme de preferred partner ou un moins bon classement sur la plateforme.

La position dominante des trois OTA sur le marché empêche la concurrence de fonctionner. En vue de rétablir un équilibre,  hotelleriesuisse soutient l’intervention parlementaire du conseiller aux Etats Pirmin Bischof qui voudrait interdire les clauses restreintes de parité. L’hôtellerie suisse doit pouvoir fixer librement ses prix dans le secteur en ligne également. Cela permet à l’hôtelier de renforcer sa propre distribution et de réduire ses coûts, et le handicap concurrentiel dont souffre le tourisme suisse face à ses principaux concurrents dans ce domaine serait supprimé. Rappelons que l’Allemagne, la France et l’Autriche ont déjà interdit les clauses restreintes de parité. L’Italie doit suivre bientôt.

Motion

Soutenez-nous !

hotelleriesuisse encourage la recherche dans l’hôtellerie. Elle favorise la création de nouvelles offres et l’élaboration de solutions pour la branche.
 
Souhaiteriez-vous participer à des enquêtes sélectionnées?

Retour à l'aperçu