Ihre Browserversion ist veraltet und wird nicht länger unterstützt.

Léger recul des nuitées en 2016

23.02.2017

Par rapport à l’année précédente, le volume des nuitées a baissé de 0,3 % en 2016. La progression de la demande indigène (+1,2%) a pu compenser en partie le repli de la demande étrangère (-1,5%). En décembre, le nombre de nuitées a reculé de 0,8% par rapport au même mois de 2015. C’est ce qu’il ressort d’une publication de l’Office fédéral de la statistique (OFS).

L’hôtellerie a enregistré en Suisse 35,5 millions de nuitées en 2016, ce qui représente une baisse modérée de 0,3% par rapport à l’année précédente. Les reculs les plus importants sont observés au cours du premier semestre.

Alors que la demande intérieure affiche une légère croissance en 2016, les visiteurs étrangers ont été moins nombreux à séjourner en Suisse. Cette tendance est surtout à mettre au compte de la désertion des hôtes chinois, lesquels accusent le plus grand repli  (-18%) parmi tous les pays de provenance. En termes absolus, c’est l’Allemagne qui enregistre la plus forte baisse en comparaison européenne (-149'000 nuitées / -3,9%).

En revanche les chiffres sont plus réjouissants pour la clientèle des Etats-Unis, dont le nombre de nuitées a augmenté de 5,5 %.

Baisse des nuitées au mois de décembre

Les chiffres de décembre font également état d’un recul (-0,8%). Pour ce mois, la demande étrangère a toutefois légèrement augmenté (0,6%) par rapport au même mois de l’année précédente. La moindre fréquentation observée dans la clientèle indigène (-2,3%) doit être imputée en premier lieu aux conditions d’enneigement défavorables, mais aussi au fait que les fêtes de fin d’année tombaient sur des week-ends.

Plusieurs indicateurs donnent à penser que le creux de la vague est maintenant derrière nous et que la demande touristique globale repart à la hausse. La pression sur les prix reste forte, mais selon une enquête réalisée par hotelleriesuisse auprès de ses membres, 62% des hôteliers ont maintenu leurs tarifs pour la saison d’hiver en cours. Il faut y voir un signe important de normalisation et stabilisation.

Retour à l'aperçu