Ihre Browserversion ist veraltet und wird nicht länger unterstützt.

Rencontre au sommet de l’hôtellerie-restauration germanophone

18.06.2015

Du 14 au 16 juin 2015, GastroSuisse et hotelleriesuisse ont accueilli à Bad Ragaz et Zurich la rencontre annuelle des associations germanophones de l’hôtellerie-restauration. Quelque trente hauts responsables venus d’Allemagne, du Liechtenstein, du Luxembourg, d’Autriche, du Tyrol du Sud et de Suisse s’y sont retrouvés pour discuter comme chaque année des activités principales de leurs associations.

Cette année, les principaux sujets abordés dans le cadre de la traditionnelle rencontre annuelle des associations de l’hôtellerie-restauration germanophone étaient l’étiquetage et le contrôle des denrées alimentaires, le développement durable et les défis auxquels est confrontée aujourd’hui l’industrie du tourisme et de l’hébergement. Les représentants des associations ont également discuté des particularités de leurs droits du travail nationaux et se sont informés de l’état actuel du processus politique d’application de l’initiative suisse contre l’immigration de masse. Enfin, ils ont tiré des parallèles entre les formations professionnelles en hôtellerie-restauration de leurs pays respectifs.

De nos jours, les défis ne s’arrêtent pas aux frontières. C’est particulièrement vrai dans le domaine du tourisme, où l’économie collaborative (« sharing economy ») crée sans cesse de nouvelles offres. La question des prestations privées en ligne, notamment celles du site Airbnb, a donné lieu à de vifs débats. Les associations germanophones sont d’accord: des mesures doivent être prises pour garantir une concurrence à armes égales. Mi-décembre 2014, l’UE a harmonisé le droit européen de l’étiquetage des aliments par le biais du règlement relatif à l’information sur les denrées alimentaires. Les participants à la rencontre annuelle se sont plus particulièrement penchés sur les indications obligatoires relatives aux allergènes: elles sont très disparates et impliquent un travail administratif disproportionné. Les associations sont unanimes: l’information de vive voix constitue une solution pertinente et réalisable, au contraire de celle de la documentation détaillée, qui doit être abandonnée.
 

Retour à l'aperçu