Ihre Browserversion ist veraltet und wird nicht länger unterstützt.

Le président d’hotelleriesuisse, Andreas Züllig, veut renforcer la voix du tourisme dans la Berne fé

Berne, 12.02.2019

Andreas Züllig a été officiellement nommé ce soir candidat à l’élection au Conseil natio-nal de cet automne. En tant que professionnel du tourisme et hôtelier figurant sur la liste principale du PLR grison, Andreas Züllig entend renforcer l’alliance touristique au niveau national et s’engager en particulier dans les questions touchant à la branche de l’hébergement.

Une passion pour la branche du tourisme caractérisée par une prédominance de PME
« Plus d’un quart de la population dans les régions de montagne travaille dans le secteur du tourisme. Il faut que ces personnes puissent mieux se faire entendre dans la Berne fédérale et s’exprimer d’une seule voix ». C’est par ces mots qu’Andreas Züllig affirme son attachement au tourisme et à la politique du tourisme. En tant que cuisinier diplômé, hôtelier, employeur de plus de 100 employés et président de l’association de la branche, il connaît mieux que quiconque les problèmes auxquels est confrontée la branche et les leviers d’action pour tenter de les résoudre. En tant qu’entrepreneur et libéral-radical, il sait comment établir des ponts non seulement à l’intérieur de la branche du tourisme mais aussi avec d’autres branches comme l’agriculture ou le secteur des PME en général. Pour ce qui est de la politique du tourisme, il incarne les efforts déployés par hotelleriesuisse pour fédérer les intérêts de la branche et parler d’une seule voix. « Sa polyvalence et l’authenticité avec laquelle il défend ses convictions nous encouragent à nous lancer dans des idées nouvelles, tournées vers l’avenir », relève Thomas Ruegg du Grand Conseil du PLR grison, hôtelier exploitant le Weiss Kreuz à Thusis, et représentant le large soutien dont bénéficie la candidature d’Andreas Züllig. « Les débats durant l’année 2018 ont montré que le secteur du tourisme peut engranger des succès politiques si les intérêts à l’intérieur de la branche sont fédérés malgré des situations divergentes au départ. En témoigne la motion Bis-chof contre les contrats léonins sur les plateformes en ligne », ajoute Ernst Wyrsch, président d’hotelleriesuisse Grisons.

Renforcer la voix du tourisme au niveau national
Il est certes réjouissant que le tourisme puisse déjà compter sur le soutien de plusieurs parlementaires. Mais en comparaison avec d’autres branches, entre autres l’agriculture, il est clairement sous-représenté. En particulier si l’on considère que ce secteur génère une valeur ajoutée brute de 18 milliards de francs et emploie plus de 250'000 personnes. « Nous sommes heureux que le président de l’association donne l’exemple et s’engage activement en se portant candidat à un siège au Conseil national », relève Claude Meier, directeur d’hotelleriesuisse, qui est convaincu que « la nomination d’Andreas Züllig envoie un signal positif à la branche et la sensibilise à la politique active ». Les difficultés sur le marché du travail et la progression de la numérisation exigent de gros efforts de la branche. Une approche libérale et un droit d’être entendu directe-ment sur la scène politique sont par conséquent indispensables. Le siège administratif national d’hotelleriesuisse est convaincu qu’Andreas Züllig est la bonne personne pour s’atteler aux défis posés. Il espère que cela produise un effet de signal qui encourage d’autres représentants directs du tourisme et d’autres hôteliers à s’investir politiquement.

Retour à l'aperçu