Ihre Browserversion ist veraltet und wird nicht länger unterstützt.

Loi sur les armes: la branche du tourisme se mobilise pour la liberté de voyager

Berne, 26.04.2019

Pour attirer l’attention des voyageurs et des pendulaires sur les conséquences désastreuses d’un Non à la loi révisée sur les armes, les hauts représentants du Comité «Le tourisme suisse dit OUI à la loi révisée sur les armes» ont mené une action de distribution d’étiquettes de valises dans les gares de Berne et de Zurich.

Le risque d’exclusion de l’accord de Schengen dans le cas d’un «Non» à la loi révisée sur les armes aurait de graves conséquences pour le tourisme suisse. Si la procédure d’obtention d’un visa venait à se compliquer pour les touristes des pays lointains, nombre d’entre eux, rebutés par les démarches administratives et les frais supplémentaires, renonceraient à inclure la Suisse dans leur tour d’Europe. Les pertes en termes de chiffres d’affaires pourraient atteindre un demi-milliard de francs par an selon les estimations. Pour souligner l’importance pour la Suisse de rester membre de l’accord de Schengen, les hauts représentants du tourisme et de l’hôtellerie-restauration se sont rendus à Berne et à Zurich cet après-midi. Dans le cadre d’une action coordonnée, le Comité «Le tourisme suisse dit OUI à la loi révisée sur les armes » a expliqué aux pendulaires, lors d’entretiens personnels et de la distribution d’étiquettes de valises, les graves conséquences d’un Non à la votation pour les voyageurs et pour le tourisme. Outre les conseillers nationaux Dominique De Buman (PDC, président des Remontées Mécaniques Suisses) et Adrian Wüthrich (PS, président de TravailSuisse), Casimir Platzer, président de GastroSuisse, et Claude Meier, directeur d’hotelleriesuisse, ont participé à l’action. Claude Meier est convaincu «que la grande majorité de la population suisse tient à sa liberté de voyager et ne veut pas non plus restreindre celle de nos hôtes potentiels». L’objectif des 11 associations touristiques participantes était de démontrer une nouvelle fois que la révision de la loi sur les armes a des conséquences directes sur la destination Suisse ainsi que sur la liberté de voyager de la population suisse.

Retour à l'aperçu