Ihre Browserversion ist veraltet und wird nicht länger unterstützt.

IIM: hotelleriesuisse et GastroSuisse demandent une application simple de la préférence nationale

Berne, 01.12.2016

Après les débats qui ont eu lieu aujourd’hui sur l’initiative sur l’immigration de masse, il appartient maintenant au Conseil des Etats d’éliminer les divergences avec le Conseil national. hotelleriesuisse et GastroSuisse prennent acte de la décision de durcir la version de la préférence nationale, mais s’opposent résolument à l’obligation de convocation à un entretien et de justification en cas de refus. Les associations vont continuer à s’engager pour des mesures efficaces, qui apportent un soutien dans le domaine de l’immigration tout en étant favorables à l’économie et compatibles avec l’accord sur la libre circulation des personnes.

Le Conseil des Etats a débattu aujourd’hui de la révision de la loi sur les étrangers, avec laquelle l‘initiative sur l’immigration de masse doit être mise en oeuvre. Le durcissement massif des propositions du Conseil national durant les débats alourdirait fortement la charge bureaucratique et les coûts lors du recrutement de personnel. Les divergences doivent maintenant être éliminées au Parlement.
Dans l’optique d‘une mise en oeuvre de la préférence nationale, les branches à intensité de main-d’oeuvre élevée approuvent l’obligation d’annoncer les postes vacants aux services de l’emploi et est convaincue que cela améliorera les chances des travailleurs indigènes en quête d’un emploi. Les associations rejettent toutefois avec véhémence l’obligation de convoquer à un entretien les chômeurs inscrits et de sanctionner les employeurs en cas de refus. En saison tout particulièrement, les postes doivent être pourvus rapidement et sans bureaucratie inutile. Les associations demandent au Conseil national d’adopter une solution compatible avec toutes les branches dans la procédure d’élimination des divergences.

Retour à l'aperçu