Ihre Browserversion ist veraltet und wird nicht länger unterstützt.

hotelleriesuisse pose des exigences claires au monde politique

Berne, 07.06.2016

L’association de branche répond au durcissement des conditions du marché et de la concurrence avec une stratégie cohérente et des revendications claires à l’adresse du monde politique. Plusieurs questions sont particulièrement d’actualité: la lutte contre l’îlot de cherté suisse et l’engagement pour un accès libéralisé à la main-d’œuvre étrangère de tous niveaux de qualification. A l’occasion de la conférence de presse qui se tient le 7 juin à Montreux, hotelleriesuisse a présenté sa stratégie et ses revendications aux médias.

Comment se présente l’avenir de l’hôtellerie suisse et comment la branche peut-elle s’y préparer? Telles sont les questions qui ont fortement occupé l’association de branche hotelleriesuisse ces derniers mois et auxquelles elle propose aujourd’hui, à l’occasion de la conférence de presse, le 7 juin à Montreux, une série de réponses.

La vigueur du franc et le haut niveau des coûts, le changement climatique et les mutations structurelles à l’œuvre dans l’hôtellerie de vacances, la numérisation croissante et les nouveaux modèles de distribution et types de prestations, la frénésie régulatrice des politiciens et des autorités ainsi que la concurrence accrue dans la recherche d’une relève adéquate, tels sont les défis que l'hôtellerie suisse doit relever pour l’avenir. Un coup d’œil sur l’évolution des nuitées durant la dernière saison d’hiver fait déjà apparaître une désertion importante des hôtes des pays voisins (Allemagne, France et l’Italie) – en particulier pour l'hôtellerie de vacances.

Soutien actif des membres

hotelleriesuisse escompte dans les prochaines années une profonde transformation de la structure de la clientèle des hôtels suisses: l’âge moyen des hôtes augmente tandis que la clientèle des pays lointains se fait toujours plus nombreuse. Il en résultera des besoins très hétérogènes et des attentes accrues envers la qualité des services et des infrastructures. L’heure est à la spécialisation, à l’innovation et à la flexibilité. Parallèlement, l’hôtellerie peinera toujours plus à trouver du personnel qualifié.

«Nous voulons tout mettre en œuvre pour que nos membres puissent prospérer et se développer au mieux dans ce contexte difficile et dans le climat de concurrence toujours plus rude », relève Andreas Züllig, président d'hotelleriesuisse: «Avec nos prestations, nous soutenons les hôtels de manière ciblée dans les domaines les plus divers. De plus, nous offrons une plateforme pour l’échange d’expériences et le transfert de savoir-faire». Parmi les principales activités d’hotelleriesuisse figurent le développement de la classification hôtelière et l’offre de formation et de perfectionnement pour les collaborateurs des hôtels membres. Par ailleurs, hotelleriesuisse propose divers outils et instruments pour réduire les coûts et augmenter la productivité. Pour Andreas Züllig, il importe aussi de miser sur la communication de l’association et sur un lobbying bien pensé en faveur de toute la branche de l’hébergement.

Revendications claires à l’adresse du monde politique

Dans la lutte contre l’îlot de cherté suisse, hotelleriesuisse réclame:

  • L’inscription définitive du taux de TVA spécial de 3,8% pour l’hébergement dans la loi sur la TVA.
  • Une réduction des barrières administratives et de la jungle normative à tous les échelons politiques.
  • Une baisse des droits de douane sur les produits agricoles et un accord de libre-échange avec l’Europe dans le domaine agroalimentaire.
  • Le libre approvisionnement en biens à l’étranger et des mesures contre les «suppléments suisses » injustifiés qu’imposent à l’heure actuelle de nombreux grands groupes internationaux pour leurs produits.
  • L’égalité des conditions de concurrence avec les nouveaux prestataires touristiques de l’économie du partage, tels qu’Airbnb (cette organisation est aujourd’hui grandement favorisée par rapport aux prestataires traditionnels de l’hébergement, au niveau du droit de bail, du droit du travail et du droit fiscal, y compris en ce qui concerne les taxes).

«Le plus urgent dans la concurrence avec l’économie du partage est l’égalité de traitement en matière de taxes de séjours et de taxes touristiques», affirme Andreas Züllig. hotelleriesuisse s’engage sans réserve en faveur de l’initiative populaire en préparation «pour des prix équitables à l’importation».
 

Par ailleurs, hotelleriesuisse s’engage pour le maintien de la libre circulation des personnes avec l’Union européenne et réclame un accès libéralisé à la main-d’œuvre étrangère de tous niveaux de qualification. Une mise en œuvre rigide et discriminatoire pour la branche de l’initiative contre l’immigration de masse – via un contingentement des travailleurs étrangers par exemple – impliquerait pour les hôteliers suisses un énorme handicap concurrentiel.  

Partenariat social

Le partenariat social stable entre organisations de travailleurs et associations patronales constitue depuis des années un modèle qui a fait ses preuves dans l'hôtellerie et qui est garant d’une continuité dans la branche. Réunis en assemblée ordinaire le 7 juin 2016, les délégués d’hotelleriesuisse ont approuvé la nouvelle Convention collective nationale de travail (CCNT).  Tous les partenaires sociaux l’auront ratifié d’ici la fin juin, une demande d’extension de son champ d’application sera ensuite déposée auprès du Conseil fédéral. 

Downloads

Retour à l'aperçu