Ihre Browserversion ist veraltet und wird nicht länger unterstützt.

L’hôtellerie suisse dans le creux de la vague

Berne, 23.02.2016

L’hôtellerie suisse a été mise à rude épreuve en 2015. Elle a accusé un recul des nuitées de 0,85 % par rapport à l’année précédente. A l’occasion de la conférence de presse annuelle de Suisse Tourisme qui s’est tenue aujourd’hui, hotelleriesuisse a présenté les moyens mis en oeuvre par les membres hôtels pour surmonter les difficultés dues à la situation de change de l’année dernière et exposé les prévision des hôteliers pour la période de Pâques et la prochaine saison d’été.

L’hôtellerie suisse a connu une année mouvementée. Le recul des nuitées de 0,85 % par rapport à l’année précédente tient en premier lieu à la difficile situation monétaire qui résulte de l’abandon du taux plancher face à l’euro, mais aussi au manque de neige qui a empêché bien des hôtels de faire le plein en fin d’année. L’absence d’or blanc a provoqué une chute particulièrement brutale en décembre de -5,61 % des nuitées, spécialement dans les régions de vacances telles que les Grisons et le Valais. Ces régions – à la différence des régions urbaines – ont déjà dû faire face toute l’année durant à une baisse de la clientèle. Si la branche a enregistré cette année une nette progression des hôtes en provenance de Chine, d’Inde, des Etats du Golfe, de Corée et des Etats-Unis, celle-ci n’a pas réussi à compenser la désertion dramatique des hôtes européens. Les clients indigènes sont restés fidèles, leur nombre ayant augmenté dans l’ensemble de 0,2 %, avec toutefois un recul de -1,4 % durant le mois de décembre.

Face à la pression sur les prix et sur leurs effectifs, les hôteliers passent à l’action

Une enquête représentative1 qu‘hotelleriesuisse a réalisée en février 2016 auprès de ses membres montre que pour quelque 57 % des hôteliers, la saison d’hiver en cours est moins bonne que celle de l’année précédente, spécialement dans les régions alpines et rurales. Ce résultat est d’abord à mettre au compte d’un hiver particulièrement clément et du manque de neige, mais aussi à l’absence de clients de la zone euro. Dans les zones urbaines, le tourisme, moins sensible aux conditions météorologiques, est soutenu par les nuitées de la clientèle d’affaires.

L’estimation des hôteliers pour la fin de la saison d’hiver va dans le même sens. Sur la base des réservations enregistrées à ce jour, ils sont d’avis que la fréquentation à Pâques se maintiendra au même niveau qu’en 2015. Toutefois, si l’on considère les seules réponses des zones alpines et rurales, 42% des hôteliers s’attendent une détérioration de la situation.

La désertion des clients de la zone euro transparaît aussi dans l’évolution des prix, puisque 42% des hôteliers disent avoir baissé leurs tarifs. Ils escomptent une embellie du côté de la demande pour la prochaine saison d’été, si bien que 72% d’entre eux comptent pratiquer les mêmes prix que l’année précédente.
On observe les mêmes tendances s’agissant du nombre de collaborateurs: près de la moitié des interrogés ont réduit leurs effectifs pour cette saison d’hiver, essentiellement dans les zones alpines et rurales. En ville en revanche, certains hôteliers ont renforcé leurs effectifs (38% des interrogés).

En ces temps de morosité économique, les hôteliers ont engagé un grand nombre de mesures dans leur établissement pour s’affirmer face à la concurrence. La plupart d’entre eux ont déclaré avoir optimisé leur présence en ligne. Leurs efforts ont également porté sur une amélioration de la qualité des produits et des services, au moyen par exemple d’offres novatrices, de packages, de cours de cuisine, de bars self-service ou de forfaits de ski plus avantageux. Par ailleurs, les établissements cherchent à cibler des groupes de clients spécifiques, dans les domaines ou segments santé, sport, best agers, familles, couples ou clients plus jeunes. Ils se concentrent aussi sur les marchés émergents qui affichent un engouement croissant pour la Suisse, surtout sur les hôtes de Chine, d’Inde, de Corée et du Brésil. Pour optimiser les coûts et accroître leur efficacité, une partie des établissements ont conclu des coopérations avec d’autres hôtels dans le domaine du marketing et des achats.

hotelleriesuisse s’engage en faveur d’une amélioration des conditions-cadres pour la branche

L’abandon du cours plancher face à l’euro en 2015 a provoqué une chute de la demande. Seule une rapide amélioration des conditions-cadres permettra de renforcer la compétitivité des établissements hôteliers et d’améliorer l’accès aux marchés. C’est précisément à cela qu’hotelleriesuisse oeuvre activement au niveau national en menant un combat contre des réglementations coûteuses et contre de nouveaux impôts, taxes et émoluments. S’agissant de l’initiative sur l’immigration de masse, l’association préconise une mise en oeuvre flexible, conforme aux intérêts de l’économie et du tourisme. Elle défend par ailleurs le maintien des accords bilatéraux avec l’Union européenne et s’engage pour une inscription dans la loi sur la TVA du taux spécial pour les prestations d’hébergement.

Resserrer le lien avec les clients via ses propres canaux de réservation

Pour préserver et améliorer leur niveau de qualité, les hôteliers doivent nécessairement connaître leurs hôtes et leurs besoins. A défaut, ils ne seront pas en mesure de répondre aux standards élevés qui ont fait la réputation du secteur de l’hébergement suisse. Dans cet ordre d’idée, hotelleriesuisse soutient la campagne « Réservez en direct» lancée à l’échelle européenne par l’HOTREC, l’association faîtière européenne des hôteliers, restaurateurs et cafetiers.

La réservation directe implique un renforcement des liens avec la clientèle via les canaux de réservation propres à l’établissement, au téléphone, à la réception ou encore sur le site internet de l‘hôtel. Elle supprime le versement d’une commission à des plateformes étrangères, libérant ainsi des sommes que les hôteliers peuvent mettre au service des clients et de la qualité. L’objectif de la campagne consiste à sensibiliser aux avantages d’une réservation directe. Des outils de marketing spécialement conçus sont destinés à encourager le contact et à développer la confiance entre le client et l’hôtelier. Un logo unique a été conçu pour toute l’Europe pour en augmenter la valeur de reconnaissance de la campagne auprès des clients.

Retour à l'aperçu