Ihre Browserversion ist veraltet und wird nicht länger unterstützt.

Le Conseil des Etats freine le changement structurel de l’hôtellerie

Berne, 25.09.2014

hotelleriesuisse, Parahotellerie Schweiz et GastroSuisse déplorent la décision du Conseil des Etats du 25 septembre 2014 de supprimer la possibilité de transformer un hôtel en résidences secondaires lorsque l’établissement n’est plus économiquement viable. En supprimant l’art. 9 al. 2 de la loi sur les résidences secondaires, le Conseil des Etats freine un changement structurel nécessaire dans l’industrie hôtelière.

L’art. 9 de la loi sur les résidences secondaires est consacré à la création de logements en relation avec des établissements hôteliers. Son alinéa 2 stipule qu’un hôtel peut être transformé en résidences secondaires lorsqu’il n’est plus rentable à des conditions très strictes. Il doit avoir atteint son cycle d’amortissement et de dépréciation de 25 ans et ses exploitants doivent prouver qu’ils n’ont pas commis de faute de gestion ayant conduit à l’échec commercial. En outre, les cantons et les communes ont la possibilité de prendre des mesures plus restrictives quant à la réaffectation de ces établissements.

Conséquences cruciales pour l’hôtellerie suisse

De l’avis d’hotelleriesuisse, de Parahotellerie Schweiz et de GastroSuisse, la décision du Conseil des Etats de ce jour aura plusieurs conséquences. De nombreux hôtels tenteront de survivre dans un environnement difficilement rentable; ils devront cependant baisser la qualité de leur offre. D’autres tout aussi nombreux devront fermer pour des raisons structurelles: d’édifices abandonnés, ils finiront en ruines au milieu des villages avec pour conséquence une baisse de l’attractivité des destinations touristiques. Cela nuit à la branche touristique dans son ensemble.

Un frein à des investissements nécessaires

D’autre part, en empêchant le changement d’affectation d’établissements hôteliers non rentables, le Conseil des Etats freine de nouveaux investissements dans la branche, investissements pourtant impératifs. L’industrie hôtelière représente un grand défi pour les investisseurs. Si ces derniers n’ont pas de soupape de sécurité, ils hésiteront à s’engager. C’est particulièrement dommageable quand un investisseur dispose de plusieurs objets. En ayant la possibilité de transformer un hôtel en résidences secondaires, l’investisseur génère des revenus pour des investissements nécessaires dans d’autres établissements hôteliers.

Pour un changement structurel durable

En Suisse, quelque 60 établissements hôteliers disparaissent chaque année pour des raisons structurelles, autant de valeur ajoutée et de places de travail perdues dans les régions périphériques. La branche hôtelière est soucieuse d’accompagner le changement structurel sans mesures d’accompagnement de la part de l’Etat. Pour ce faire, elle a besoin de conditions-cadres adéquates. Il appartient maintenant au Conseil national de délibérer sur la loi sur les résidences secondaires. hotelleriesuisse, Parahotellerie Schweiz et GastroSuisse se voient dans l’obligation de poursuivre leur travail d’explication des enjeux de la branche touristique auprès des parlementaires.

Contact pour les médias

hotelleriesuisse
Susanne Daxelhoffer, Media Relations
Téléphone: 031 370 41 40, e-mail: media@hotelleriesuisse.ch

GastroSuisse
Brigitte Meier-Schmid, Marketing und Kommunikation
Téléphone: 044 377 53 53, e-mail: communication@gastrosuisse.ch
 
Parahotellerie Schweiz
Fredi Gmür, Président
Téléphone: 044 360 14 31, e-mail: f.gmuer@youthhostel.ch

Retour à l'aperçu