Ihre Browserversion ist veraltet und wird nicht länger unterstützt.

hotelleriesuisse et Parahotellerie Schweiz disent non à l’initiative Ecopop

Berne, 23.10.2014

hotelleriesuisse et Parahotellerie Schweiz rejettent clairement l’initiative Ecopop. L’acceptation d’une telle initiative aurait de lourdes répercussions sur l’industrie de l’hébergement. Le recrutement de professionnels compétents dans la branche serait massivement entravé et le manque de main-d’œuvre ne ferait que s’accroître.

Actuellement, l’économie suisse fait tout pour que les strictes exigences de l’initiative contre l’immigration massive aient le moins d’effets possibles sur les branches concernées. L’initiative Ecopop, qui veut que l’accroissement de la population dû au solde migratoire soit limité à 0,2 % par an, un chiffre hautement irréaliste, menace l’existence de nombreuses PME et entreprises familiales, notamment dans l’hôtellerie. Aujourd’hui déjà, on note une pénurie de personnel dans la branche, tant dans les activités les moins qualifiées que parmi les cadres. Si l’initiative Ecopop était acceptée, le manque de main-d’œuvre s’intensifierait radicalement, en particulier dans un secteur aussi demandeur que l’hôtellerie. La rentabilité des activités de nombreuses entreprises serait ainsi mise en péril. De plus, les efforts fournis par la branche ces dernières années pour améliorer la qualité dans le domaine de la formation initiale et continue s’avéreraient caducs.

Anticipation de la rupture avec l’Europe

Avec une acceptation de l’initiative, tous les traités internationaux s’opposant à une limitation de l’immigration devraient être renégociés ou résiliés. Il en irait de même pour l’accord sur la libre circulation, pourtant fondamental pour la branche. L’hôtellerie et la restauration dépendent de cet accord puisqu’elles emploient une grande partie de la main-d’œuvre étrangère. L’acceptation de l’initiative Ecopop, extrêmement restrictive, entraînerait une rupture avec l’Europe et empêcherait de recruter suffisamment de collaborateurs venus de l’étranger. En outre, la croissance de la population et les impasses environnementales sur lesquelles elle débouche sont un problème mondial, qu’il n’est pas possible de régler dans un contexte strictement national.

Non à l’initiative sur l’or et à l’initiative contre les forfaits fiscaux

Les deux autres projets d’article constitutionnel, en votation le 30 novembre 2014, porteraient préjudice à la place économique suisse s’ils étaient acceptés. Un oui à l’initiative sur l’or réduirait énormément la marge de manœuvre de la Banque nationale suisse. C’est pourquoi hotelleriesuisse et Parahotellerie Schweiz la rejettent. La branche s’oppose aussi à la suppression de l’imposition forfaitaire. Les forfaits fiscaux représentent des enjeux cruciaux en termes économiques pour les régions de montagne et rurales entre autres, certains contribuables y étant à l’origine de nombreux investissements.

Retour à l'aperçu