Ihre Browserversion ist veraltet und wird nicht länger unterstützt.

L’hôtellerie suisse au premier semestre 2013: pas de statu quo malgré une stabilisation

Berne, 05.08.2013

La demande dans l’hôtellerie suisse s’est plus ou moins stabilisée pendant le premier semestre 2013. Le temps n’y est pas pour rien, au contraire. En effet, le long hiver a donné un élan supplémentaire aux mois de mars et d’avril, mais a également paralysé le commerce estival, notamment dans les régions de montagne. L’état des réservations depuis peut être qualifié de bon, voire de très bon. La branche continue de devoir relever d’importants défis, par exemple en matière d’adaptation aux nouvelles exigences du marché et segments de clientèle. La législation sur l’initiative sur les résidences secondaires a posé des jalons décisifs.

Un premier pas a été fait pour sortir du creux de la vague: le premier semestre 2013 s’est terminé par une légère augmentation des nuitées de 1,2%, atteignant ainsi le cap des 17,1 millions de nuitées. Outre la situation économique toujours incertaine dans certains pays de provenance principaux, le temps a influencé la demande de manière déterminante. L’ambiance hivernale persistante même en plaine a prolongé la saison hivernale jusqu’en avril. Parallèlement, le temps humide et maussade a poussé les familles suisses, en particulier, à planifier leurs vacances d’été dans le sud, plus chaud. Les nuitées en Suisse sont restées stables au premier semestre 2013 (+0,5%). La baisse d’hôtes européens (+0,4%) a pu être tempérée, principalement grâce au cours plancher du franc face à l’euro, qui rend les vacances en Suisse prévisibles. Néanmoins, on a dû faire face à des pertes massives depuis 2009 de ce côté. En revanche, la tendance à la croissance des touristes asiatiques (+7,4%) s’est poursuivie de façon ininterrompue.

Les villes ont nettement progressé (-0,3%) par rapport aux régions montagneuses (+2,8%) au cours du premier semestre 2013. Les régions urbaines de même que les régions de vacances affichent également une légère reprise quant à la saison d’été en cours, qui se déroule de façon majoritairement satisfaisante selon les informations fournies par la branche. On prévoit une demande stable des hôtes suisses pour le second semestre ainsi que des chiffres positifs en ce qui concerne la croissance des hôtes venus de l’étranger, pour autant que la situation conjoncturelle dans les pays de provenance ne se détériore pas de façon excessive.

Des mondes d’aventure grâce à la coopération

La coopération renforcée entre les prestataires de services sur le lieu de destination augmente la valeur de l’offre présentée à l’hôte, constituant ainsi un modèle de succès porteur d’avenir. Les offres doivent encore être davantage accordées entre elles et combinées. Les premières destinations ont déjà réalisé des bénéfices en suivant cette recette. Les offres doivent également être davantage orientées vers les marchés existants et nouveaux. En tenant compte de cela, la stratégie de Suisse Tourisme, qui consiste non seulement à prospecter des marchés à forte croissance, tels que les pays BRIC ou du Golfe, mais également des marchés de provenance traditionnels, est déterminante.

Mise en oeuvre axée sur le tourisme de l’initiative sur les résidences secondaires

La mise en oeuvre de l’initiative sur les résidences secondaires est un jalon de longue portée sur les activités d’investissement pour l’hôtellerie suisse et les régions touristiques. C’est la raison pour laquelle hotelleriesuisse se montre en principe satisfaite du projet de consultation sur la législation relative aux résidences secondaires, qui prend en considération les demandes principales de la branche. Ainsi, l’utilisation d’hôtels existants mais plus rentables comme résidences secondaires, qui représente également un changement de structures durable sous certaines conditions, devrait désormais être autorisée. Parallèlement, le projet prévoit la possibilité de réaliser en partie un financement croisé par la vente de résidences secondaires, dans la mesure où ceci est nécessaire pour construire de nouveaux établissements d’hébergement ou poursuivre l’exploitation d’établissements structurés existants. Le Conseil fédéral a laissé entrevoir, à titre complémentaire, dans son rapport sur la situation actuelle du tourisme suisse et la politique du tourisme à l’avenir, une optimisation de la promotion des établissements d’hébergement, qui consisterait notamment à repousser et à assouplir les limites de prêt et de responsabilité de la SCH ainsi qu’à mettre en place un programme d’impulsion touristique à durée limitée. L’hôtellerie suisse salue les mesures proposées, qui doivent être appliquées dans les meilleurs délais.

Retour à l'aperçu