Ihre Browserversion ist veraltet und wird nicht länger unterstützt.

hotelleriesuisse ne souscrit qu’à moitié aux décisions de la CER-E

Bern, 15.02.2012

hotelleriesuisse réagit avec soulagement à la décision de la Commission de l’économie et des redevances du Conseil des Etats (CER-E) de poursuivre les négociations avec l’UE sur un accord de libre-échange dans le secteur agroalimentaire. Dans le débat sur l’atténuation de la force du franc en revanche, la Commission a manqué l’occasion d’avaliser une mesure utile à effet rapide en refusant d’exonérer provisoirement les prestations d'hébergement de la TVA.

L’hôtellerie suisse vit actuellement une situation économique sans précédent avec un franc fort qui met la branche en grande difficulté. Le climat qui caractérise aujourd’hui l’économie d’exportation place la lutte contre l’îlot de cherté suisse tout en haut de la liste des priorités: «Nous devons rester compétitifs face à la concurrence mondiale tout en déployant nos activités à des coûts suisses trop élevés», c’est par cette formule percutante que Guglielmo L. Brentel a résumé le problème.

Une libéralisation des échanges dans le domaine agroalimentaire améliorerait sensiblement la compétitivité internationale de l’hôtellerie suisse. En comparaison avec ses pays voisins, la branche doit aujourd’hui se battre avec des coûts d’achat nettement surfaits pour les denrées alimentaires. La Commission de l’économie et des redevances du Conseil des Etats a su prendre la mesure du problème et a rejeté les motions des conseillers nationaux Joder, Darbellay et Favre qui réclamaient une rupture des négociations avec l’UE.

L’hôtellerie suisse est favorable à une ouverture progressive des marchés, assortie de mesures destinées à atténuer l’impact des ajustements structurels qu’elle requiert. L’association espère maintenant que la Chambre haute suivra les recommandations de sa commission préparatoire et qu’elle rejettera, lors de sa prochaine session de printemps, les trois motions en question.

Avec un vote pour la réduction temporaire de la TVA sur les prestations d’hébergement, la commission aurait pris en compte le caractère fort d’exportation du secteur de l’hébergement. Néanmoins, hotelleriesuisse reste convaincue que le Conseil des Etats corrigera l’erreur d’appréciation de sa commission préparatoire et se prononcera en faveur d’une baisse temporaire de la TVA sur les prestations d’hébergement.

Retour à l'aperçu