Ihre Browserversion ist veraltet und wird nicht länger unterstützt.

hotelleriesuisse rejette l’initiative sur les résidences secondaires et l’initiative vacances

Berne, 19.01.2012

Le 11 mars 2012, le peuple suisse décidera s’il faut inscrire dans la Constitution une limitation de la proportion des résidences secondaires (initiative sur les résidences secondaires) ainsi que le droit à six semaines de vacances pour tous les travailleurs (initiative sur les vacances). hotelleriesuisse rejette les deux initiatives.

L’initiative sur les résidences secondaires encourage ce qu’elle veut empêcher

Les auteurs de l’initiative populaire «Pour en finir avec les constructions envahissantes de résidences secondaires» demandent de limiter dans chaque commune la proportion des résidences secondaires à 20% de l’ensemble du parc de logements. hotelleriesuisse s’oppose résolument à cette politique structurelle inopportune. Dans les communes où cette proportion est dépassée, l’acceptation de l’initiative reviendrait à bloquer les constructions de résidences secondaires. Parallèlement, dans celles où le taux de résidences secondaires est inférieur à 20%, elle favoriserait les développements qu’elle entend limiter ailleurs. Le Conseil fédéral aussi rejette l’initiative et, à titre de contre-projet indirect, lui oppose des mesures dans la révision partielle de la loi sur l’aménagement du territoire qui est déjà en vigueur. Le problème des lits froids est ainsi reconnu et traité. Les cantons et les communes ont déjà pris des mesures correspondantes ou y travaillent. hotelleriesuisse soutient la révision partielle de la loi sur l’aménagement du territoire.

L’initiative sur les vacances affaiblit le partenariat social

L’initiative populaire «Six semaines de vacances pour tous» demande que soit inscrit dans la Constitution le droit à six semaines de vacances pour tous les travailleurs. hotelleriesuisse rejette cette initiative. Depuis plusieurs décennies déjà, la Convention collective nationale de travail (CCNT) pour l’hôtellerie et la restauration garantit cinq semaines de vacances à tous les employés.

  • L’initiative sur les vacances nuit aux établissements
    L’acceptation de l’initiative entraînerait une nouvelle augmentation des charges salariales sans tenir compte de la productivité de la branche ni de l’évolution conjoncturelle. Cette charge supplémentaire tomberait à un très mauvais moment, à l’heure où le franc fort et le recul des nuitées portent déjà un rude coup à l’hôtellerie suisse.
  • L’initiative sur les vacances nuit au partenariat social
    Les réglementations des différentes solutions adoptées par les partenaires sociaux sont parfaitement adaptées aux besoins de la branche et de ses établissements. La CCNT pour l’hôtellerie et la restauration va même plus loin que la loi avec cinq semaines de vacances. L’exigence rigide de l’initiative sur les vacances empêche la mise en place de solutions de droit privé flexibles.
  • L’initiative sur les vacances nuit aux travailleurs
    La charge financière supplémentaire pour les établissements augmenterait la pression sur les salaires. Ceux-ci baisseraient ou des postes seraient supprimés. Au final, les perdants seraient les travailleurs.
Retour à l'aperçu