Ihre Browserversion ist veraltet und wird nicht länger unterstützt.

«Protection contre le tabagisme passif»: décision populaire en faveur des hôteliers

Berne, 23.09.2012

hotelleriesuisse est soulagée par la décision prise par les citoyens suisses de ne pas durcir l’interdiction de fumer. L’acceptation de l’initiative aurait fortement restreint la liberté d’entreprise des hôteliers et rendu certains investissements obsolètes. La branche peut donc continuer de s’appuyer sur la loi fédérale sur la protection contre le tabagisme passif qui protège déjà amplement les non-fumeurs.

En refusant l’initiative «Protection contre le tabagisme passif», le peuple suisse s’est distancé d’une interdiction absolue de fumer. hotelleriesuisse salue expressément cette décision. L’association soutient en effet les efforts des hôteliers visant à trouver un compromis à la fois juste et praticable entre fumeurs et non-fumeurs. «Pour répondre aux différents besoins de leurs clients, les établissements hôteliers et gastronomiques ont besoin de libertés entrepreneuriales. Choisir un concept d’exploitation adapté au marché en fait notamment partie», souligne Christoph Juen, CEO d’hotelleriesuisse. Après l’entrée en vigueur de la loi fédérale sur la protection contre le tabagisme passif, le 1er mai 2010, les hôtels ont considérablement investi dans l'aménagement de fumoirs. «Les clients peuvent maintenant continuer à être servis personnellement dans ces locaux», indique Christoph Juen, soulagé.

Poursuivre sur une voie qui a fait ses preuves

La loi fédérale sur la protection contre le tabagisme passif constitue déjà un instrument efficace qui tient compte des besoins des consommateurs, des employés et des employeurs, et elle bénéficie d'un large soutien. Cette législation est systématiquement appliquée, avec succès, par les branches concernées. «L’intention des initiants d’imposer aux établissements hôteliers et gastronomiques un nouveau changement de cap deux ans après seulement était d’autant plus incompréhensible», affirme Christoph Juen. La décision populaire permet maintenant à la branche de poursuivre sur une voie qui a fait ses preuves, exactement comme le souhaitaient les hôteliers suisses et leurs clients.

Retour à l'aperçu