Ihre Browserversion ist veraltet und wird nicht länger unterstützt.

La branche du tourisme demande le développement des instruments de promotion

24.09.2018

A l’invitation du conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann, les présidents des associations touristiques ont participé à une table ronde sur la mise en œuvre de la stratégie touristique de la Confédération. Application et financement figuraient au premier plan des discussions. Les associations demandent la poursuite du développement des quatre instruments de promotion se fondant sur la stratégie touristique. Ces derniers doivent être dotés des moyens financiers nécessaires, sans quoi la compétitivité internationale de la branche ne peut être assurée durablement.

C’est lors d’une discussion ouverte et constructive que les présidents des associations touristiques ont présenté au ministre de l’économie Johann Schneider-Ammann leurs demandes concernant les instruments de promotion que sont Suisse Tourisme, la Société Suisse de Crédit Hôtelier (SCH), Innotour et la Nouvelle Politique Régionale (NRP). Le financement de ces instruments sera défini en 2019 lors des débats parlementaires qui se dérouleront dans le cadre du message sur la promotion économique 2020-2023. Compte tenu de la dynamisation et de la complexité du contexte économique, les associations attendent de la Confédération qu’elle octroie, à titre subsidiaire, les fonds nécessaires pour investir dans la promotion de la Suisse, pour innover dans les produits et les services, ainsi que pour développer le savoir et l’infrastructure (numérique) touristique. Pour la période 2020-2023, les associations demandent par conséquent 240 millions de francs pour Suisse Tourisme et 30 millions pour Innotour. En outre, le prêt supplémentaire pour la SCH doit être maintenu tout comme le montant alloué au Fonds pour le développement régional. Les demandes précises ont été publiées au début du mois de juillet 2018.


Les nuitées ne disent que la moitié de la vérité
Les associations ont aussi clairement montré au conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann que l’augmentation du nombre des nuitées ne constitue pas à elle seule un baromètre fiable de l’évolution économique dans le tourisme suisse. Depuis la crise de 2008, les chiffres d’affaires et les revenus par nuitée affichent parfois des baisses à deux chiffres dans de nombreux établissements de l’hôtellerie et de la restauration. De même, le nombre de journées skieurs (premiers passages) a chuté de 25% (voir annexe). Au vu des adaptations structurelles majeures dans le tourisme – dues à la numérisation, à l’évolution démographique, au changement climatique ainsi qu’aux modifications prononcées de la structure et des besoins des clients – la capacité d’investissement constitue un élément central de la préservation de la compétitivité. Il convient de rappeler également que la complexité grandissante et la vitesse fulgurante des changements mettent le tourisme, secteur composé notamment de petites et moyennes entreprises, fortement à contribution.


La branche a relevé les défis  
Sans instruments de promotion, nombre des principales innovations des dix dernières années n’auraient jamais vu le jour. Les établissements et les destinations ont amélioré leur positionnement et leur commercialisation. De nouvelles formations attrayantes comme la profession de « spécialiste en communication hôtelière avec CFC » ou l’examen professionnel de conseiller en tourisme avec brevet fédéral ont été introduites. Quantité de nouveaux modèles d’affaires et de coopérations ont pu s’établir sur le marché. La branche unit ses forces et travaille à la recherche de nouvelles solutions innovantes, afin d’accroître la productivité et la plus-value touristique dans toutes les régions.


Les associations soutiennent la stratégie touristique de la Confédération
En automne 2017, le Conseil fédéral a adopté la stratégie touristique. Celle-ci a été élaborée en étroite collaboration avec les associations touristiques. Elle repose sur un engagement clair en faveur du renforcement de l’entrepreneuriat et sur un soutien à titre subsidiaire de la branche dans la transformation numérique. Il est donc aussi nécessaire de prendre systématiquement en compte les demandes des associations dans le message relatif à la promotion économique 2020-2023.

Plus d'informations

Retour à l'aperçu