Ihre Browserversion ist veraltet und wird nicht länger unterstützt.

HS regrette la décision du Conseil fédéral d’abandonner les commissions fédérales en matière de formation

20.12.2018

Lors de sa séance de ce jour, le Conseil fédéral a décidé de supprimer, à la fin 2019, trois commissions fédérales d’experts reconnues du domaine de la formation professionnelle. Les tâches qui leur étaient dévolues seront assumées à l’avenir en interne par l’administration fédérale. hotelleriesuisse s’oppose à cette décision qui se soldera par la perte d’un précieux savoir et d’un travail de milice efficace. On entend ici étendre un domaine de compétence de l’administration fédérale pour le substituer à une approche éprouvée, tournée vers la pratique et fondée sur une collaboration étroite entre les partenaires de la formation professionnelle.

Les trois commissions concernées – la Commission fédérale des responsables de la formation professionnelle, la Commission fédérale des écoles supérieures ainsi que la Commission fédérale de la maturité professionnelle – ont fait leurs preuves en tant qu’organes spécialisés. Elles réunissent des représentants des institutions de formation, du monde du travail, des cantons et de la Confédération et ont pour mission de clarifier les procédures de reconnaissance et les questions de fond qui s’y rattachent. Supprimer ces commissions pour privilégier l’administration fédérale revient à méconnaître la complexité de leur travail, lequel dépasse de loin la dimension opérationnelle et requiert une approche des problèmes depuis des perspectives multiples. De plus, la décision du Conseil fédéral fait abstraction des conséquences économiques, sachant que des membres de commissions modestement indemnisés céderont la place à des employés fédéraux ou à des conseillers.

Soumis à une dynamique d’académisation et d’internationalisation, le système suisse de la formation professionnelle doit parvenir à s’imposer durablement et, à cet égard, les prochaines années seront décisives. hotelleriesuisse a la ferme conviction que plutôt que les affaiblir, il faut aujourd’hui plus que jamais consolider les organes et les structures qui relèvent du partenariat dans la formation professionnelle. La suppression des commissions fédérales concernées va dans la mauvaise direction. Elle envoie un signal inquiétant à tous ceux pour qui la formation professionnelle constitue une mission commune d’importance.

Retour à l'aperçu