Ihre Browserversion ist veraltet und wird nicht länger unterstützt.

Marché du travail & libre circulation

La flexibilité du marché du travail figure au nombre des grands avantages concurrentiels de l’économie suisse. Pour l’hôtellerie, la Convention collective nationale de travail de force obligatoire constitue un instrument de partenariat social décisif sur le marché du travail.

L’autonomie contractuelle constitue l’un des fondements de la flexibilité qui caractérise la politique suisse dumarché de l’emploi. Les réglementations issues du partenariat social et des contrats de travail jouent un rôle primordial et forment un précieux avantage comparatif de notre économie. La Suisse doit pouvoir disposer d’une main-d’oeuvre qualifiée en nombre suffisant. Cet aspect gagne en importance au vu des mutations démographiques qui se dessinent et de leur corollaire, la pénurie de main-d’oeuvre. Composantemajeure, la libre circulation des personnes avec l’Union européenne a largement fait ses preuves et doit être poursuivie.

Enjeux pour l’hôtellerie

Le tourisme et l’hôtellerie sont des branches à haute intensité de main-d’oeuvre. L’hôtellerie occupe à elle seule plus de 74 000 personnes, dont plus de la moitié sont des femmes. La branche se caractérise par une formidable diversité de métiers et de modes de travail. Elle requiert un droit du travail flexible, à la mesure des besoins d’une branche des services. Parmi les principaux instruments répondant aux particularités de la branche, il faut nommer la Convention collective nationale de travail de l’hôtellerie et de la restauration de force obligatoire générale. Ce contrat collectif, le plus important du genre, comprend une armature d’exigences minimales, y compris sur le plan salarial. En sa qualité d’association et de représentant patronal, hotelleriesuisse s’attache à assurer un partenariat social qui fonctionne bien.

L’évolution démographique de la Suisse provoquera une pénurie de personnel qualifié jusque dans l’hôtellerie. La libre circulation des personnes établie avec l’Union européenne nous assure l’accès à un personnel qualifié. Pour certaines tâches spécifiques, la branche est tributaire de spécialistes de pays tiers (notamment les cuisiniers de spécialités).

Nos revendications

hotellereriesuisse s’engage pour une politique dumarché du travail d’inspiration libérale. L’hôtellerie doit régler par elle-même les questions spécifiques à la branche. L’association est fermement opposée à l’instauration de salaires minimaux par l’Etat, ainsi qu’à de nouvelles prescriptions légales plus restrictives sur les vacances, les horaires de travail ou les autres conditions de travail. Elle préconise au contraire un assouplissement du marché du travail pour l’ajuster au mieux aux impératifs de la branche. La valeur de référence de la semaine calendaire rend difficile l’application de nouveaux modèles d’horaires de travail qu’imposent les mutations sociales et l’évolution du marché de l’emploi. hotellereriesuisse s’engage résolument pour la poursuite de la libre circulation des personnes en Europe et entend pouvoir recourir, sans entraves bureaucratiques, à des spécialistes ressortissants de pays tiers.

Publication l’emploi dans l ’hôtel lerie: des pistes pour demain

Consultations

  • Loi sur l‘égalité

    hotelleriesuisse s’oppose à la modification de la loi. L’association défend sur le fond l’idée du projet visant à combattre la discrimination salariale dans les entreprises. Elle a d’ailleurs toujours informé ses membres sur les instruments disponibles dans le cadre du dialogue sur l’égalité des salaires et elle les a encouragés à effectuer des analyses salariales.  

    L’association rejette toutefois les mesures prévues telles que les instruments de contrôle salarial prescrits par l’Etat, les organes de contrôle et d’alerte ainsi que des listes noires pour les entreprises. Ces mesures sont disproportionnées et constituent une grave ingérence dans un marché du travail libre.

    (Prise de position du 16 février 2016)

  • l’initiative contre l’immigration de masse

    L’hôtellerie, une branche qui exige beaucoup de personnel et qui emploie une forte proportion de main-d’œuvre étrangère, se trouve confrontée à d’énormes défis avec l’acceptation de l’initiative contre l’immigration de masse. hotelleriesuisse s’engage pour le maintien des accords bilatéraux et demande une mise en œuvre souple de l’initiative. Il convient, au moment de fixer les plafonds et les contingents, de prendre considération les besoins de l’économie suisse et les conditions spécifiques qui règnent sur le marché de l’emploi de la branche.

    (Prise de position du 13 mai 2015)